La belle marinière, renaissance d’un film perdu.

Quelle aventure !

Publicités

BOURVIL à Montainville !..

Pour clôturer l’année du centenaire de la naissance du grand Bourvil célébrée par le Musée du Cinéma de Bueil, vous pourrez retrouver cette belle exposition du 16 au 24 septembre à la Mairie de Montainville (Yvelines) où le comédien repose auprès de son épouse…

Bourvil Paris et Montainville 042
Eric Martin, maire de Montainville, Dominique Raimbourg, fils de Bourvil, Claire Delannoy

 

Diapositive1

AVANT PREMIERE NATIONALE ! Le 23 septembre La Belle Marinière sera en salle à Mériel !

Image superbe ! bande son éclatante ! C’est La Belle Marinière en version restaurée qui sera en salle le 23 septembre !
Merci Lobster Films, Celluloid Angels et tous les amis donateurs pour cette mission accomplie !
#onasauvelabellemariniere
#fierdevous
#labellemariniere

La Belle Marinière en salle le 23 septembre 2017 !

Mis en avant

C’EST GAGNE !!

Encore mille mercis à tous les contributeurs au sauvetage de LA BELLE MARINIERE, ce film perdu qui va enfin pouvoir renaître.

L’événement est rarissime et de taille puisque, comme vous le savez maintenant, il s’agit d’un film clé dans la carrière de Jean Gabin avec son premier grand rôle au cinéma aux côtés de deux grands acteurs de l’époque : Madeleine Renaud et Pierre Blanchar.

La restauration arrive en phase terminale et après quelques péripéties (et quelques sueurs froides), nous savons désormais que le résultat sera à la hauteur des espérances malgré quelques passages manquants au milieu du film que viendront combler des cartons opportuns.

Comme promis par LOBSTER FILMS, détenteur des droits d’exploitation, la première projection en salle aura lieu dans le village d’enfance de Jean Gabin, à Mériel, le samedi 23 septembre 2017.

L’arrivée du film s’effectuera en voitures d’époque à l’initiative de la commune de BUEIL, aussi partenaire de l’évènement au travers de son MUSEE MUNICIPAL DU CINEMA – JEAN DELANNOY. Ce dernier fut le monteur du film et c’est avec enthousiasme que ce collectif de l’Eure est venu soutenir l’action de la ville de MERIEL en faveur de sa restauration. Les équipes d’ARMOR LUX seront aussi présentes dans la continuité de l’aide précieuse qu’elles ont apportée à cette campagne de financement participatif sur la plateforme CELLULOID ANGELS.

Cette projection, en avant première nationale, sera précédée du vernissage de l’exposition ‘’Les 3 Jean’’ proposée par le Musée municipal du Cinéma Jean Delannoy.

MAIS OÙ EN EST DONC LA BELLE MARINIERE ?

Depuis le début de l’année, l’équipe technique de LOBSTER FILMS franchit une à une les étapes de validation, ou non, de la restauration de LA BELLE MARINIERE.

Quand,merci fin décembre 2016, Celluloïd Angels annonce le succès de la campagne de financement, nous savions que, grâce à la générosité de tous les Angels contributeurs, nous allions vivre un grand défi : Redonner vie à un film des années 30 retrouvé par hasard aux États-Unis. Certes, pas n’importe quel film ! Un film oublié, que personne n’avait vu depuis sa sortie en salle de 1934. Un vieux film donc mais qui affiche, 80 ans plus tard, une distribution exceptionnelle : Madeleine RENAUD, Pierre BLANCHAR et Jean GABIN devant la caméra, Harry LACHMAN et Jean DELANNOY derrière. Tous ou presque en jeune débutant dans une production PARAMOUNT.

Mais voilà ! Copie unique au monde, propriété de l’Université de Californie, pellicule nitrate, plus de 80 années en boite de fer, état inconnu, retour sur investissement inconnu… Les obstacles sont nombreux, le challenge économique et technologique n’est pas rien et plusieurs étapes préalables deviennent obligatoires avant de lancer quoi que ce soit.

Chers Angel, le temps vous a semblé long depuis décembre 2016 ? Vous vous êtes-dit : mais que font-ils ? Avez-vous douté du projet ? Avez-vous regretté votre participation ? Aujourd’hui répondez NON à ces questions et regardez ce qui a été fait !

Grâce à la campagne de cofinancement, les américains se sont vus confier la réalisation du tirage photochimique de l’unique pellicule. Dans pareille circonstance, pas d’alternative possible. La prière est de mise pour que les techniciens parviennent sans encombre à ouvrir les boites, en sortir les pellicules, les dérouler et faire cette copie sans rien casser, perdre ou abimer…

Quelques semaines plus tard, cette copie, seul support capable de servir à la restauration, arrive par avion à Paris et rejoint Lobster Films. Là, ce n’est pas sans émotion et angoisse que les experts de LOBSTER FILMS, Serge Bromberg en tête, font la première évaluation technique et lancent un scan numérique 4K. Souvenez-vous, chers Angels, de cet extrait qui annonçait bien des choses…

Regarder l’extrait du scan 4K

La très bonne nouvelle de la qualité d’image ! D’une telle beauté que la maîtrise de l’éclairage de Rudolph MATE et son travail sur les contrastes pourra désormais être vu et faire école pour tous les Chef’Op d’aujourd’hui et demain.

La moins bonne avec des scènes manifestement coupées au milieu de l’œuvre.  Et là pas d’histoire, avec une seule copie, impossible de retrouver des bouts de scène ailleurs. Mais grâce au texte original de la pièce de théâtre adaptée pour ce film, la continuité de l’histoire pourrait être faite avec des inserts de «cartons » (ça fonctionnait très bien pour le muet).

Et l’énorme déception d’une bande son tout simplement inaudible. C’est un enregistrement d’un autre temps. Pourquoi alors restaurer s’il n’y pas de bande son ? A l’heure du numérique dolby surround… Existe-t-il encore une machine capable de lire de l’audio mono optique à variation de densité ? Il y aurait bien un prototype quasi-unique chez Lobster Films… mais il est entièrement démonté. Comment le remonter, fonctionne- t-il encore ? Seul Henrik LAUSEN le sait. Il vit aujourd’hui au Danemark. Il est le créateur de ce prototype. Il a accepté de venir en personne pour superviser, pièce par pièce, le remontage, le redémarrage et finaliser tous les derniers petits réglages qui relèvent du Génie de la bande son. des heures, des jours de travail pour redonner vie – aussi- à ce Laser Scanner !

Henrik lausen

Vous vous souvenez du dialogue Renaud – Gabin présenté en mars dernier ? Et bien écoutez maintenant ce que Henrik Lausen sait faire ! Vous allez être comme nous !  Ivre de joie !

Ecouter la bande son originale 

C’est tout simplement impressionnant ! Désormais, c’est sûr, la restauration complète va être possible ! LA BELLE MARINIERE sera magnifique, sonore et un jour de nouveau dans une salle de cinéma !

eden-theatre

 

Les enfants du 7è Art – Vernissage !

Mis en avant

Si vous n’avez pu être avec nous en ce beau samedi 29 avril pour le vernissage, voici quelques images fixes et animées pour vous consoler… Mais surtout que cela ne vous dispense pas d’une prochaine visite? C’est tellement mieux en vrai et il y a tellement d’autres choses à voir que ce serait dommage.

Cette année donc notre parrain est James Urbain, le petit garçon de 11 ans dans « Chiens perdus sans collier » de Jean Delannoy.

IMG_6741

Aujourd’hui James se souvient avec émotion de ses débuts d’acteur… « Quant vous vous retrouvez entre Gabin et Delannoy à l’âge de 11 ans c’est … cataclysmique si j’ose dire ! »

Avant de se pencher sur les pièces exceptionnelles présentées pour l’occasion : le scénario personnel de Jean Delannoy et son cahier de notes ainsi que le plan de travail du film « Le garçon sauvage » tourné en 1957 aux Plateaux de Joinville.

IMG_6651

Aux côtés des affiches restaurées et entoilées avec le concours des Mécènes du Patrimoine, de nombreuses photographies et témoignages des enfants du 7è Art…

Mais le clou de cette nouvelle saison est l’occasion donnée aux visiteurs de découvrir grandeur nature ce qu’est un décor de cinéma, avec l’installation au milieu du Musée d’un salon parisien avec vue sur la Tour Eiffel !

IMG_6695

Un vrai succès plébiscité par tous…

IMG_6575

Claire Delannoy entourée de Nicole Duranton, sénatrice de l’Eure, Bruno Le Maire, député de l’Eure et de James Urbain, parrain de notre exposition 2017 « Les enfants du 7è Art ».

IMG_6654

Blanche Raynald aux bras de Dominique Paturel et Mathias Moncorgé

Mais il ne faut pas oublier le patrimoine technique cinématographique. Des caméras Beaulieu ou Eclair à la première du cinéma sonore de 1933 qui faisait à elle seule tellement de bruit qu’elle était enfermée dans un gros caisson étanche pour gêner le moins possible la prise de son ! Toutes ont été mises dans leurs plus beaux atours par les équipes du Musée pour se présenter à vous !

Enfin le dernier mot revient à Jean-Yan Gournaud, grand vainqueur du Quizz 2017 qui s’est vu remettre ses gains par « Cœur de fesses » en personne :

IMG_6685

JE REVIENDRAIS !