A propos jeandelannoy

Association des amis du cinéaste - réalisateur Jean Delannoy

Un peu d’histoire avec Paris Normandie…

une

Église, école, mairie, château, usine… Ils ont été transformés pour accueillir une nouvelle activité. Aujourd’hui : le musée du Cinéma, à Bueil.

Les Amis de Jean Delannoy ont longtemps remué « ciel et terre »pour trouver une grande vitrine permettant d’accueillir et de présenter à Bueil « et pas ailleurs »tous les trésors du cinéma et plus particulièrement les collections « inestimables » du réalisateur Jean Delannoy.

DES ANNÉES D’ESPÉRANCES SOUVENT DÉÇUES

Et après « des années de galère et d’espérance souvent déçues », l’espoir renaît à nouveau car en janvier 2011, « la municipalité, grâce à Michel Duval, notre maire à l’époque, nous fait visiter un lieu pouvant abriter notre futur musée », se souvient Josette Martinage, l’une des chevilles ouvrières du musée du Cinéma et de la photographie.

team

Le local de 1 200 m², faisant partie d’un vaste bâtiment désaffecté acquis par la mairie en juin 1996, a tout de suite convenu.

Construit avec des matériaux de la Première Guerre mondiale, son origine remonte à 1937. Il abritera plusieurs décennies La Robinetterie de l’Eure qui ne pourra ouvrir qu’à la fin du conflit de 1939-1945.

LES MACHINES RÉQUISITIONNÉES

Les Allemands avaient réquisitionné l’établissement et transféré les machines en Allemagne. « Les propriétaires de La Robinetterie (familles Gautier et Le Bozec) ne les reverront jamais ! », précise Josette Martinage qui, grâce à la mémoire d’Irène Dupoirier, une ancienne salariée, a pu remonter le temps. Mais n’a pu retrouver une seule illustration de cette époque.

En dehors de la fabrication des robinets et jusqu’en 1965, sa vocation a été l’usinage, le montage et les essais des groupes de sécurité pour les chauffe-eau à accumulation. L’entreprise a ensuite développé ses activités dans les domaines de l’industrie (éléments filtrants pour les moteurs Diesel) et de l’aéronautique (usinage de vannes, chapeaux et cuves de filtres, corps de raccords…).

FUSÉE ARIANE

Dans les années 1970, La Robinetterie de l’Eure faisait travailler 150 personnes environ, des salariés de Bueil mais aussi des villages voisins. Puis entre 1975 et 1980, un nouveau bâtiment a été construit pour abriter un banc d’essai destiné à tester les équipements de pressurisation embarqués du 3e étage de la fusée Ariane. « C’est d’ailleurs dans cette partie de l’usine que le musée a été créé », souligne Josette Martinage.

Selon les maigres archives municipales, la fin de l’exploitation de La Robinetterie se situe à la fin des années 1980 et diverses entreprises (cartonnage, sécurité, peinture,…) se sont ensuite installées, occupant les nouveaux bâtiments. La dernière en date, « bien avant que les locaux ne nous soient proposés, précise Josette Martinage, était une usine de peinture. On a retrouvé des portes peintes, des pots oubliés, un espace abandonné depuis quelque temps, sale et encombré de divers détritus ». Pas vraiment un décor rêvé de cinéma.



EXPOSITION

Au musée du Cinéma et de la photographie, à Bueil, l’exposition « Flic ou voyou, Belmondo le Magnifique » est visible jusqu’au 28 octobre.

Le samedi et le dimanche, de 14 h à 18 h et les autres jours sur rendez-vous.

Les tarifs pour les visites guidées sont les suivants : 5 € ; 2,50 €, pour les groupes de 10 personnes et plus, enfants, scolaires, étudiants ; gratuit pour les moins de sept ans.

Plus d’infos au 06 24 68 77 31 ou au 02 32 36 58 66.

Mail : contact@museeducinema.fr



NOTRE HISTOIRE COMMENCE

cd

Le courage, l’enthousiasme et la passion ont été les plus forts.

Les Amis de Jean Delannoy, une douzaine de bénévoles, ont relevé les manches et effectué les nettoyages, travaux et aménagements indispensables, avec le concours de la mairie, pour pouvoir proposer assez vite et, dans de bonnes conditions, des week-ends portes ouvertes. Elles étaient dédiées au chemin de fer de la vallée de l’Eure (2011), à Gina Lollobrigida (2012) et à Jean Marais (2013), jusqu’à la première grande exposition autour de Jean Gabin pour l’inauguration du musée en mai 2014.

Depuis son lancement, une nouvelle exposition est à l’affiche chaque année. Sous les projecteurs, les actrices ayant tourné avec Jean Delannoy (2015), l’immense carrière de Bourvil (2016), les Enfants du 7e art (2017) et depuis mai dernier, « Flic ou voyou, Belmondo le Magnifique », à découvrir tout l’été et jusqu’à fin octobre. Outre des particuliers, le musée municipal du Cinéma et de la photographie accueille des groupes, qu’il s’agisse de scolaires, de randonneurs, d’associations, d’écoles d’art et ateliers pédagogiques « qui viennent parfois de loin ou encore des résidents de maisons de retraite pour qui les films de Bourvil, Gabin, Funès, Jean Marais et bien d’autres grands acteurs, rappellent des souvenirs de jeunesse, apprécie Claire Delannoy, fille du célèbre réalisateur et présidente d’honneur des Amis de Jean Delannoy. La joie et le bonheur de nos visiteurs sont notre plus grande récompense ! »

 

 

Pour voir Le Baron de l’écluse en 4K !

Après avoir sauvé de l’oubli et restauré La Belle Marinière, voici le nouveau challenge de sauvegarde de notre cinéma de patrimoine avec la restauration en Ultra Haute Définition (4K) du film Le Baron de l’Ecluse.

Visu lancement

Le Baron de l’Ecluse est une comédie piquante de Jean DELANNOY adaptée d’un roman de Georges SIMENON. Jean GABIN y retrouve les dialogues de son ami Michel AUDIARD qui joue à merveille avec la verve de son acteur fétiche. Gabin est accompagné de la pétillante Micheline PRESLE, doyenne de notre cinéma, qui nous a avoué être très enthousiaste à l’idée de voir ce film restauré et réédité. Jean DESSAILLY complète ce trio très complice.

Le choix de ce film vient de Thierry BLONDEAU, l’un des anges les plus fidèles et actifs de la plateforme spécialisée Celluloid Angel, qui avec sa jeune société d’édition vidéo de films du patrimoine : COIN DE MIRE CINEMA, vient d’obtenir les droits d’exploitation du film sur support DVD blu-ray. Mais, avant de commercialiser ces coffrets qui raviront les amoureux du cinéma et de Gabin, la première étape est de redonner le coup de jeune indispensable à la pellicule et à la bande son d’origine par la restauration 4K. Et cela coûte cher !

C’est à vous de jouer pour nous aider à remporter ce challenge ! Vous connaissez le principe de la seule plateforme de financement participatif dédiée au cinéma de patrimoine : chaque euro récolté est important. Vous donnez ce que vous voulez et à partir de 10 €, votre soutien est associé à une contrepartie. Pas moins d’une quinzaine vous sont proposées pour que tous ensemble nous puissions atteindre l’objectif de 15 000€ en 80 jours.

On compte sur vous ! Rendez-vous vite sur la plateforme : http://www.celluloid-angels.com

Et notre Belle Marnière alors ?

Aujourd’hui, les nouvelles sont plutôt bonnes !
 
LABELLEMARINIERE-PK102460.jpg
Lobster Film réalise actuellement les intersticiels du film, si vous vous souvenez, ce sont  les quelques textes sur carton et les photos qui permettront de remplacer les éléments manquants du film.
Les images et le son sont superbement restaurés et le travail en cours pour nous faire oublier l’absence de ces 4 bobines rend l’équipe très fière. 
Il reste à enregistrer le son définitif et à empaqueter le tout dans une très belle édition Blu-ray qui sera disponible pour votre retour de vacances. 

Belmondo Le Magnifique, tout en images !

Tout juste sorti des ordinateurs de montage, nous avons le plaisir de vous présenter le reportage sur notre exposition 2018 :

Notez bien que vous pouvez vous rendre sur la chaîne YouTube du Musée pour retrouver l’ensemble de nos vidéos …

Nous vous proposons également de retrouver LYBO, le magazine culturel de France 3 Normandie du 4 mai 2018, entièrement réalisé depuis le Musée (avec bien sûr le sujet consacré à notre exposition Belmondo Le Magnifique)

 

Bons visionnages !